Sega Master System - Phantasy Star
Nous sommes au 342e siècle de l'ère sidérale sur trois planètes du système solaire d'Algol. Sur la planète Palma, sous le règne démocratique du Roi Lassic, les gens étaient heureux et vivaient dans le calme et la paix. Les scientifiques de Palma avaient mis au point, 200 ans auparavant, les voyages dans l'espace et cela avait permis de coloniser les deux autres planètes du système solaire, Motavia et Dezoris. 

Malheureusement la situation ne dura pas. Peu à peu les choses commencèrent à changer.​​ Une nouvelle religion fit son apparition et la rumeur disait qu'elle venait d'une autre galaxie. Les prêtres, dont on ne savait rien et que personne n'avait jamais vu, promettaient l'immortalité à tous ceux et celles qui les rejoindraient. Le roi, commençant à se faire vieux, l'idée de la vie éternelle ne lui déplaisait pas. Ainsi fut-il le premier convertit et c'est alors qu'il changea. Un jour les prêtres lui offrit une armure mystique et dès ce jour Lassic gouverna en tyran malfaisant et corrompu. 

Le jeu est étonnant, surtout si on le compare avec les autre titre de la Master System, et propose une vue à la première personne lors des donjons de plus qu'un​​ affichage s'approchant des jeux 3D qui sortiront que bien plus tard. On peut noter que le jeu est l'une des premières cartouches à inclure une mémoire interne destiné à sauvegarder la partie du joueur.

La première chose qui saute aux yeux est que le jeu est joli, très joli même pour la capacité de l'époque. La ville est grande (Caminet, capitale de Palma), composée de trois parties reliées par des sas, eux même gardés par des gardes. De plus, approcher un habitant, entrer dans un bâtiment ou même utiliser le menu principal fait apparaître une pseudo vue à la première personne offrant un nouveau point de vue sur la ville. Le tout, avec des couleurs chatoyantes et un design qui ne manque pas de goût, c’est certain, les graphismes contribuent parfaitement à l’ambiance et honorent les capacités de la Master System. Mais ça ne s’arrête pas là, au fil du jeu, vous rencontrerez une très grande variété d’environnements : des plaines de Palma, à la steppe enneigée de Dezoris en passant par le désert rocailleux de Motavia, on a vraiment le sentiment de voyager, chose étonnante pour un jeu vieux de plus de 20 ans !​​

Merci pour les dons, ou vieux jeux vidéo.
 
Last Edit: 15-12-31
We are at the 342nd century of the sidereal era on three planets of the Algol solar system. On the planet Palma, under the democratic rule of King Lassic, people were happy and lived in tranquillity and peace. Palma scientists had developed, some 200 years ago, space travel which led to the colonization of the otherer two planets of the solar system, Motavia and Dezoris.

Unfortunately, the situation did not last. Gradually things started to change. A new religion appeared and a rumour was running that it came from another galaxy. The priests, about whom nothing was known and nobody had ever seen, promised immortality to all those who would join them. The king, who was beginning to get old, entertained the idea of eternal life. So, he was the first one to be converted to this religion. Then Lassic completely changed. One day, the priests offered him a mystical armor, from the day he put it on, he started ruling as an evil and corrupt tyrant.

The game is amazing, especially when compared with other titles of the Master System. It offers a first person view in the dungeons and a display approaching 3D games that come out much later. It may be noted that the game is one of the first cartridges to include an internal memory for saving the player's progress.

What jumps out right away is the fact that the game is pretty, very pretty for the ability of the time. The city is large (Caminet, capital of Palma), composed of three parts connected by gateways, themselves guarded by guards. Furthermore, approaching a resident, entering a building or even when using the main menu we are shown a pseudo first-person view which offers a new perspective of the city. All of this with shimmering colors and a design that does not lack taste. For sure, the graphics perfectly contribute to the ambience and honor the Master System capabilities. But it does not stop there, throughout the game you will encounter a wide variety of environments: from the plains of Palma, the Dezoris' snowy steppe passing through Motavia's rocky desert, we get the feeling that we are truly travelling, a surprising feat for an over 20 years old game!