Magnavox - Odyssey
Près de trois ans avant la console Pong d’Atari, une nouvelle console est mise sur le marché par Magnavox, une compagnie connue aux États-Unis pour ses produits électronique grand public, avec principalement des téléviseurs.

​Tout commence en 1951, Ralph Baer alors âgé de 19 ans, est embauché chez Loral, un fabriquant d'électronique, pour imaginer la meilleur télévision. L’idée de créer des interactions avec ce qui se passe à l’écran naît dans son esprit. Malheureusement et malgré ses efforts, rien de concret n’aboutira.

​L’idée ne sera pas mit sur papier avant 1966 pour la firme Sanders Associates, un entrepreneur militaire. L’idée est brillante, le fait d’utiliser un écran de télévision au lieu d’un moniteur trop coûteux est tout simplement révolutionnaire. Après deux ans et six essais, l’équipe de trois américains menée par Ralph Baer aboutit au premier prototype appelé Brown Box. Les années suivantes sont principalement consacrées à la recherche d’un distributeur. Après plusieurs échecs, Magnavox signa un premier accord fin 1970. Le développement dura presque deux ans, avant que l’Odyssey ne soit annoncée en mai 1972 et disponible dans les rayons au mois d'août.

​À la différence de la plupart des consoles de jeu d'aujourd’hui, l’Odyssey contient principalement de l’électronique analogique et n’utilise ni logiciel, ni processeur, ni mémoire. Ses graphismes étaient limités à deux carrés représentant les joueurs, un troisième plus petit en guise de balle ou de cible, et une ligne centrale pouvant être réduite en hauteur, et déplacée à gauche ou à droite.

L’Odyssey utilisait des cartouches amovibles qui s’inséraient dans cette dernière. Celles-ci ne contenaient pas de programme, mais connectaient les divers circuits de la machine pour définir ce qui était affiché et comment les divers événements (collision, etc.) étaient gérés. L’Odyssey utilisait des films transparents appelés Overlays, à mettre sur l’écran de télévision pour simuler les décors.


Merci pour les dons, ou vieux jeux vidéo.
 
Last Edit: 15-12​-03
Almost three years before Atari's Pong console, a new console is launched by Magnavox, a company known in the US for its consumer electronics products, mainly TVs.

It all began in 1951 when Ralph Baer, then 19 years old, was hired by Loral, an electronics manufacturer, to imagine the best television. The idea of creating interactions with what is happening on the screen was born in his mind. Unfortunately, and despite his efforts, nothing turns out.

The idea was written down only in 1966, for Sanders Associates, a military contractor company. The idea of using a television screen instead of the very expensive monitors is simply brilliant and revolutionary. After two years and six attempts, the three men team, led by Ralph Baer, succeed in creating the first prototype called Brown Box. The following years were mainly devoted to the research of a distributor. After several failures, Magnavox signed an initial agreement in the late 1970s. The development lasted almost two years.  The release of Odyssey was announced in May 1972; it became available on the shelves in August.

Unlike most of today's gaming consoles, the Odyssey contains primarily analog electronics and uses no software, processor, or memory. Its graphics were limited to two squares representing the players, a third smaller square for a ball or target, and a center line that could be reduced in height, and moved left or right.

The Odyssey used removable cartridges that were inserted in it. These contained no program, instead they connected the various circuits of the console to define what was displayed on screen and how the various events (collision, etc.) were managed. The Odyssey used transparent films, called Overlays, that were put on the TV screen to simulate the scenery.